Sunday 25 December 2011

Hope Savage: Mystery Girl, by Kevin Ring

The latest chapbook (No 32) from The Beat Scene, this title attempts to trace Gregory Corso's muse, Hope Savage, who disappeared in India in the early 1960s. While many regard Savage as long dead, others are convinced she is still alive. An anonymous blogger claimed to have met her in Iran, Pakistan and Nepal in the mid-1970s, and in her book A Blue Hand: The Beats in India ( Penguin, 2008) Deborah Baker even hints that she may know of Savage's (then) whereabouts.
A captivating, yet distressing essay on yet another 'minor character' in the Beat saga.
Visit The Beat Scene for order details.

Tuesday 13 December 2011

Wednesday 07 December 2011

And we watch by Gary Cummiskey, translated into French (Et nous regardons) by Bruno Sourdin

Et nous regardons

Et nous regardons les bébés phoques frappés à mort, un 
          coup de couteau dans l’estomac pour celui-là et le
          lait de sa mère gicle de sa bouche

Et nous regardons le ministre de l’éducation réprimender des
écoliers du quartier de Mitchells Plain à Cape Town
qui avaient écrit des poèmes sur la pauvreté et le
crime, il leur suggère plutôt de composer des odes à
Table Mountain

Et nous regardons les corps nus de ces jeunes hommes sur le
bord de la route, qui ont reçu une balle en pleine tête

Et nous regardons la femme filer à toute vitesse en hurlant
qu’elle ne peut pas comprendre pourquoi son mari a
été enlevé

Et nous regardons cette bande du township se jeter sur une
lesbienne, ça la guérira et lui apprendra à apprécier
une bite

Et nous regardons les sociétés d’aide humanitaire signer des
contrats de milliards de dollars en Afghanistan et en
Irak

Et nous regardons ce garçon de douze ans dans une chambre
d’hôpital avec les bras et les jambes arrachés

Et nous regardons dans la rue des policiers à la panse pleine
de bière frapper une pauvre vieille femme à coups
de pied

Et nous regardons la maman ivre et folle de douleur, pendant
qu’elle se faisait baiser derrière la buvette, son enfant
a été sacrifié et démembré pour confectionner le muti
le médicament de magie noire

Et nous regardons ce restaurant vietnamien qui ressemble
à un magasin d’animaux

Et nous regardons des chiens déchiqueter des singes pour le
plaisir du jeu et du fric

Et nous regardons la torture et les bastonnades perdurer
à Harare

Et nous regardons le corps mutilé retiré de la carcasse
d’une voiture piégée

Et nous regardons la fille dans l’arrière-boutique enfoncer
une aiguille à tricoter dans le vagin

Et nous regardons les chômeurs errants des parcs devenir
de plus en plus désespérés de plus en plus affamés
et de plus en plus détraqués

Et nous regardons le perroquet aux grands yeux
vides crevés avec un tournevis

Et nous regardons

(2008)


Traduit par Bruno Sourdin

Tuesday 06 December 2011

Fishy

French translations of four of Gary Cummiskey's poems, by Bruno Sourdin

Gary Cummiskey est un poète d’Afrique du Sud, né en Angleterre en 1963. Il est journaliste. A Johannesburg, il a publié plusieurs recueils de poésie. Il est le fondateur des éditions Dye Hard Press et d’une revue littéraire, Green Dragon. Il est aussi l’auteur d’un ouvrage consacré à Sinclair Beiles, le poète sud-africain qui a vécu au Beat Hotel de Paris dans les années 60, et qui a signé avec William Burroughs, Gregory Corso et Brion Gysin, le livre légendaire dédié au cut-up, Minutes du go.
  

Poème

Je suis très heureux d’apprendre que tu as réalisé ton rêve
un mari
une maison
une petite fille
En fait, tout ce que tu as toujours demandé !

Et moi ?
Bien… moi…
Ah, eh bien
je suis toujours
dehors dans le
jardin
à minuit
et j’essaie toujours
de manger
les étoiles

(1996)



Ce qu’ils font

Ils lui ont mis la main dessus
la fille aux cheveux en bataille
et aux yeux pétillants
ils feront de leur mieux pour l’anéantir

Ils le feront
parce qu’elle est
si remarquablement heureuse
quand elle crie
fort
à travers ses dents blanches et pointues
et qu’elle fait des grands signes de la main
jubilante et joyeuse
elle est si clairement amoureuse
elle ne cherche rien d’autre que la paix
et la liberté

Mais comme une caméra de télé l’a filmée
ils ont enregistré
son image
ils pourront la retrouver
et quand ils l’auront fait
ils l’enlèveront
la battront
lui arracheront les ongles
lui fracasseront le crâne
l’éventreront
disperseront ses intestins
sur le pavé
puis enverront les restes
aux parents et aux amis
comme un avertissement

Ils feront tout ça
parce que
c’est leurs affaires

(2005)


Jardin de l’esprit

SACRIFICE
Destruction de l’homme
Crucifix fou
Bretelle d’accès vers le Soleil
Chien violet
Blazer rouge-bleu
Improvisation sur un thème inconnu

L’ultime leçon du Zen
Surréaliste chocolat
Fabriqué au Japon
Des roues dans l’arbre
Le studio de cristal
Langue de l’univers
Le nombre du repas sacré est Un

Joie du chaman
Tête éphémère
Des singes se bouchent les oreilles sur le terrain de Nulle part

C’est une blessure de lunes
Et des danses hopies
Où le croisé de l’ombre
Rencontre
Le guerrier de la liberté

Nous ne pouvons pas renaître
            NOUS NE POUVONS PAS RENAITRE
                        NOUS NE POUVONS PAS RENAITRE
                                    NOUS NE POUVONS PAS RENAITRE
à ce mythe éternel

Nulle part est le chemin
Rue féérique
Sommeil de l’esprit de la nuit
La porte du merveilleux

(2005)


Plus tard

Ce matin-là lorsque je suis allé te voir
dans ton appartement de luxe
j’avais à peine franchi la porte
que nous nous sommes retrouvés à baiser contre le mur
avant de passer
dans la chambre à coucher.
Plus tard, tu m’as lu
un extrait de Don Quichotte.

J’ai pris une douche
alors que tu étais à la cuisine
et je me tracassais pour mon portefeuille plein à craquer
laissé dans mon pantalon
dans la chambre.

Plus tard, on a pris un café
sur le balcon qui domine la ville
en discutant
des prix de l’immobilier.

Puis j’ai dû partir au boulot,
on s’est embrassés
et dit au revoir.

C’est la dernière fois
que l’on s’est vu.

(2009)

Traduit par Bruno Sourdin